En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 

COVJD 19 par préfecture

Numeerisation_20201019.png

COMMUNIQUE  COVID 19

COMMUNIQUE  COVID 19

Monsieur le Préfet du Lot vient de nous informer que le département du Lot est désormais classé en « vulnérabilité élevée »

Des mesures viennent d’être prises par le représentant de l’Etat dont les suivantes :

-interdiction de tous les évènements festifs dans les « établissements recevant du public », telles les salles des fêtes.

-limiter les rassemblements au domicile privé à 6 personnes

-extension du port de masque obligatoire sur les marchés, les brocantes et braderies, les fêtes foraines, aux abords des établissements scolaires, des crèches, des établissements sportifs et culturels…

-interdiction des évènements et activités à risques

-fermeture des clubs-houses, buvettes et points de restauration debout

Seule la discipline individuelle et collective limitera la propagation du virus.

Le Maire de Villesèque (18 octobre 2020)

Entretien du retable de l'église de VILLESEQUE

Capture_1.JPG                DEPOUSSIERAGE DU RETABLE                 Capture_2.JPG

La commune de Villesèque a toujours pris un soin extrême à l’entretien de son patrimoine bâti et à la restauration d’éléments patrimoniaux d’intérêt comme la gariotte de Trébaïx. Dans cette perspective, deux autres actions sont en cours de réalisation avec d’abord l’entretien du retable classé.

Le retable de l’église Saint-Michel, classé au titre des monuments historiques, fait l’objet actuellement de travaux de dépoussiérage. En effet, au fil des années, il y a eu accumulation de poussières, ce qui ternit à force la brillance de cette remarquable et imposante sculpture.

Aussi, la commune a engagé cette action de restauration avec l’aide de l’Etat(DRAC) et du Département du Lot. D’un coût de 3 245€, cette opération fait l’oblet d’une aide de la DRAC de 1 298 € et de 389 € du Département.

   Les travaux ont été confiés à l’entreprise SCHMITTER et sont d’une durée de 4 jours.

Tout savoir sur le retable c'est ICI   Et en Anglais C'est LA

Ces 2 documents sont disponibles en TELECHARGEMENT Sur votre site préféré

Restauration de la cloche de Trébaïx de 1604


                                                                 LA  CLOCHE DE 1604 DECROCHEE

A l’église Sainte-Marie-Madeleine de Trébaïx, deux cloches rythment les offices et les heures. L’une d’elles est une cloche à volée. Récemment, son battant est tombé. Lors de l’intervention, l’on s’est aperçu que cette cloche avait été fondue en 1604 ! Aussitôt, la commune a sollicité son classement au titre des monuments historiques afin d’une part de la protéger et d’autre part d’obtenir des aides conséquentes afin de procéder à  sa réparation. En effet, les points de frappe sont usés et les anses qui suspendent la cloche aussi. Il y aurait un risque de fêlure de la jupe de la cloche. Le classement a été récemment obtenu auprès de l’Etat et les aides sollicitées ont été accordées.

Cette cloche vient d’être décrochée par l’entreprise BODET et ses cordiers. Elle vient de partir pour subir des travaux de restauration avant qu’elle reprenne sa place au clocher de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Trébaïx.

Histoire de Trébaïx

Les informations contenues dans cet article sont données à titre indicatif.

trebaix.jpg

Tour de Trébaïx inscrite comme monument historique en 2004

D’abord commanderie dépendant directement de la Baylié du Quercy, la maison de Trébaïx devint un membre de Lacapelle-Livron dès le 1erquart du 13ème siècle.

Les Templiers (Pour en savoir plus sur les Templiers cliquez ICI  et en images ICI) et à leur suite les Hospitaliers furent seigneurs de Trébaïx; ces derniers prirent possession de la Commanderie en l’an 1313, le samedi après la fête de St Nicolas, le frère Raymond de Caylus, Chevalier de l’ordre de St Jean de Jérusalem ayant en main certaines lettres concédées par le Roi de France Philippe IV Le Bel

Le cadastre du 19ème siècle montre cette bâtisse à demi en ruines. Aujourd’hui, il n’en reste qu’une tour rectangulaire de 12 m de haut sur une base de 9m par 7m qui a gardé la sévérité et la part de mystère de l’ordre du Temple.

  Les moines accédaient à la chapelle par un promenoir soutenu par des corbeaux en pierre. Les deux oubliettes servaient de cellier et de réserve à grain.

Les différents niveaux sont desservis par un escalier à vis de 53 marches.

A coté de la porte du bas, vers le haut, une sculpture mutilée à la révolution représente un buste de femme, est ce le « baphomet », l’idole qui suivant certains auteurs était adorée par les Templiers ? ().

Dés la première marche, on voit un arquebusier d’ où pouvait être tirés les flèches.

La voûte de la chapelle est constituée de deux clés représentant St Jean à l’agneau et la croix des hospitaliers. (). On y voit aussi un siège de guet et un œil de bœuf (ou oculus).

L’ escalier est éclairé par trois meurtrières . Les deux étages au dessus constituaient les appartements du commandeur.

Au premier une salle avec cheminée, deux fenêtres de guet (murées), une fenêtre à meneau (remaniée à la fin du moyen age), deux chambres séparées par un mur de torchis et des latrines.

tour latrines seules 3x2.jpg

 Le sol était dallé de briques rouges, la cheminée est intacte et le dessin naïf représentant la maison templière date d’avant la Révolution.

Au second il y avait aussi une cheminée qui a été détruite et volée.

Le haut de l’escalier semble avoir été démoli.

  

tour oculus 3x2.jpg


Date de création : 09/07/2006 @ 00:13
Dernière modification : 12/08/2013 @ 23:38